Prix : 10.00EUR

Souvenirs d'une morte vivante
Victorine Brocher

Une femme du peuple dans la Commune de 1871.

Éditions Libertalia. 348 pages.
Préface de Lucien Descaves. Postface de Michèle Riot-Sarcey.


« Je défais mon drapeau qui était enroulé autour de ma poitrine. Je me souviens du premier jour où il nous fut remis, frais et brillant, avec son inscription en lettres dorées : “Défenseurs de la République” ; comme nous étions enthousiastes ce jour-là. Je me souviens des luttes que nous avons soutenues à l’ombre de ses plis flottants au vent lorsqu’il reçut les cinq premières balles, ses glorieuses blessures ranimaient notre courage. […] Que de héros morts en le contemplant ! Maintenant, c’est moi qui dois le brûler ! Notre drapeau renaîtra de ses cendres ; alors l’idée renouvelée et plus vivace que jamais, mieux comprise, aidera la marche du progrès vers un avenir social meilleur et plus humain. »

Publié initialement en 1909, ce texte de Victorine Brocher (1839-1921) est l’un des rares et forts témoignages de femme du peuple, issue d’une famille militante, ayant traversé les insurrections de 1848 et de 1871. Ambulancière pendant la Commune, elle relate dans une langue simple des événements vécus dans sa chair : le Second Empire, le siège de Paris, les privations, la mort de ses enfants, les espoirs nés avec la République sociale, la Semaine sanglante, l’exil et la survie enfin.


Voir la fiche détaillée dans le catalogue des éditions Libertalia.